Header
logo droite
gauche

 





 

 

 

Festival

PARADE cliquez ici !

*** Les Verberies de l'été 2018 ***

*** Evénement ***

 

Nous sommes heureux d'accueillir l'académicien René de Obaldia pour un rendez-vous exceptionnel !
Nous le remercions chaleureusement de son soutien à notre petit théâtre
qui vit pour le plaisir des " Mots ".

 



Obaldiableries par René de Obaldia (1h00)

Causerie lundi 9 juillet à 14h00
Création festival d'Avignon 2018


Non, ce ne sera pas une conférence. René de Obaldia déteste ça. Ce sera une causerie.
Pour fêter son centenaire, notre Académicien nous parlera de son oeuvre immense.
Avec son humour d'immortel, le Comte de Obaldia nous racontera ses "Perles de vie",  ses Innocentines", ou  ses "Impromptus", en toute simplicité.

"Le poète entre dans le temps par effraction; il l'abolit".
Dans ses œuvres, selon le journaliste Jérôme Garcin, « on y parle l'Obaldien vernaculaire (c'est une langue verte, savante et bien pendue, qui se décline en alexandrins, calembours et parodies). On y tient que l'absurde est plus sérieux que la raison. On y pratique un doux anarchisme."

" Lors de ma réception à l'Académie française où je succédais à Julien Green, j'avais souligné comment celui-ci avait été hanté par le Malin, et m'était revenu à l'esprit le mot merveilleux de Cocteau :
" Sans le Diable, Dieu n'aurait jamais atteint le grand public"... Obaldia

Co-Production : Le Contrepoint théâtre - Le Verbe Fou
Contact : fabienne.govaerts@skynet.be

22 € Plein Tarif – 15 € Tarif carte off -

10H45 : Le prophète - Khalil GIbran (1h20)

Presse

Du 6 au 29 juillet 2018.

 

" Un véritable hymne à la vie et à l'épanouissement de soi, essentiel "



Gibran a écrit que " l'amour est le fil qui a tissé tous ses écrits. " 
Cette nouvelle adaptation intégrale raconte l'amour de deux êtres en quête d'élévation.
Un prophète et une devineresse liés par le destin. La raison et la passion s'étreignent et se confrontent, empreintes de mysticisme oriental et de culture occidentale, entre un homme et une femme qui évoluent dans l'écoute et le partage.
Une parole de sagesse universelle et intemporelle incarnée en deux corps qui dansent, chantent, s'étreignent et se révèlent pour que chacun devienne ce qu'il est déjà. 

" Achète ce que t'offrent les artistes, ils recueillent les fruits et l'encens et ce qu'ils t'apportent, bien que façonnés de rêves, sont de la nourriture et des vêtements pour ton âme " .
Khalil Gibran.

 


Auteur : Khalil Gibran
Interprétation : Francescu Raffaelli et Coraline Zaïna
Mise en scène : Francescu Raffaelli

Co-Production : Production du Partage - Le Verbe Fou
Contact : 06 20 56 16 11
E.mail : productiondupartage@gmail.com
Site : http ://www.theatredupartage.com

Télécharger le dossier de presse

20 € Plein Tarif – 14 € Tarif carte off - Compagnies : 10

 

12H30 : 24 heures de la vie d'une femme sensible
- Eva Byele (1h00)

Presse

Création festival d'Avignon 2018

Du 6 au 29 juillet 2018
Relâche les mercredi 11, 18 et 25 juillet


« J’avais besoin de vivre mais je ne le savais pas encore. »

Dans les années 1920, près de Paris, 
une femme mariée se désespère dans sa maison bourgeoise lorsqu’elle rencontre un homme, artiste,
comme elle… De cette passion éphémère naîtront 24 lettres écrites en 24 heures pour pallier le silence et l’absence de son amant. 

L’écriture, d’abord obsédante, se révélera au fil des heures et des pages, telle une catharsis, enivrante, sensuelle, libérée, jusqu’à faire éclore une prise de conscience.
La quête de l’autre ne deviendrait-elle pas alors quête de soi ? L’écriture ne serait-elle pas la clé de l’émancipation?

Ce seule en scène est un hommage à la grande poétesse et dramaturge du XIXe siècle Constance de Salm à qui l’on doit le magnifique roman épistolaire 24 heures d'une femme sensible de 1824.

« Je finissais par haïr ce qu’il était devenu et ce qu’il avait fait de moi. Mais c’était moi qui m’étais pliée à ses desiderata, moi seule, dans le fond, étais à blâmer. C’était à l’esclave de briser ses chaînes s’il voulait devenir libre, c’était à moi de briser les miennes, si je voulais être une femme libre. »

Texte, mise en scène et interprétation : Eva Byele
Assistante à la mise en scène : Marion Peltier
Création musique : Louis Raveton
Costumes : Pedra
Photographie : Lucia Herrero
Designer graphique : Laura Ocampo
Production : Compagnie Eva Byele
Contact : contact@evabyele.com - 06 11 21 15 61  
Site : www.evabyele.com

Télécharger le dossier de presse

20 € Plein Tarif – 14 € Tarif carte off - Cies : 10


14H00 : Comme un lundi - Axel Sénéquier - (1h15)

Presse


Du 6 au 29 juillet 2018
-
Relâches les lundi 9, 16 et 23 juillet

" Et si l'enfant que vous avez été vous demandait des comptes ? "

Accompagné de sa fiancée,
Pierre-François, bientôt trentenaire, revient dans la maison de ses parents fêter leurs noces d'émeraude.
Avec un brin de nostalgie, il retourne dans sa chambre d'adolescent et revisite le passé. Les souvenirs resurgissent,
les rêves d'enfance refont surface.

Et si le petit garçon qu'il a été lui demandait des comptes ?

La vie a-t-elle tenu ses promesses ?

Qu'a-t-il fait de ses rêves ?

Pierre-François ne peut plus se dérober. Sous le vernis des conventions,
ses certitudes craquent,
la vie reprend alors ses droits et emporte tout sur son passage !



REG'ARTS : Un appel vertigineux vers le sauvetage des rêves d'enfant.

Auteur : Axel Sénéquier
Interprétation : Anaël Alexandre, Pierre Besson, Yann Chevalier, Pauline Choplin, Charlotte Gallet
Mise en scène : David Garel
Production : La Source & l'Estuaire
Contact : 06 23 96 86 18 Mathieu Brassier -  Mail : mathieu@brassierdiffusion.com

Télécharger le dossier de presse

20 € Plein Tarif – 14 € Tarif carte off - Enfants et Cies : 10

 


15H45 : Les bons bourgeois - René de Obaldia- (1H45)

Presse

Création festival d'Avignon 2018

Du 6 au 10 juillet 2018 (Dates uniques).


Courez et volez donc, festivaliers en joie
Voir la vie délurée de ces chers bon bourgeois.
S'étripant sans arrêt, à hue ou bien à dia,
Ils jouent, c'est l'intérêt, la pièce d'Obaldia.

Ce roi de l'écriture, a su si bien décrire
Sans aucune bavure , avec force sourires,
Comment la bourgeoisie dans le flot des manifs
A vu soixante huit, son mois de mai actif.
Comme chez Molière, le roi du cosmétique
Sa famille entière, Firmin, le domestique,
S'expriment tous en vers, si souvent drôlatiques,
Mêlant le vinifère au bel art dramatique.
Rue des Infirmières, théâtre climatique,
L'écrin de cette action, choisi ici pour vous ne pouvait être, oui, 
que le p'tit Verbe Fou.


Auteur : René de Obaldia
Mise en scène : Myrtille Buttner
Interprétation : Jean-Michel Fernandez, Simon Billiau, Laura Diard, Julien Antonini, Mathieu Pirro, Catterine Bottero, Patrick Tulasne et Alexia Chardard, ...
Co-Production : Le Contrepoint théâtre - Le Verbe Fou
Contact : 06
Email : buttner.myrtille@gmail.com

Site : http://

TEASER :

Télécharger le dossier de presse

Plein Tarif : 22 € – Tarif carte off : 15 € - Cies : 10


16H00 : Féérie lyrique - J.Verdier&C.Llabrès - (1H15)

Spectacle musical féérique pour mélomanes débutants !

Création festival d'Avignon 2018

Du 13 au 29 juillet 2018 -
(relâches les jeudi 19 et 26 juillet)


Une jeune étudiante s'est perdue dans un monde fantastique qui, grâce à une baguette magique, lui fera réaliser ses rêves les plus fous et découvrir Figaro, Carmen, Chérubin, Olympia et autres personnages passionnants... elle nous emmène dans leurs univers et nous
racontera les histoires de ces opéras et de leurs compositeurs.

« Féérie lyrique » est un spectacle musical destiné aux enfants, ayant pour but d'initier ces derniers à l'Opéra de manière ludique et originale.
A travers une introduction au monde de l'Opéra, les enfants enrichissent leur connaissance de l'histoire de la musique, mais aussi leur culture générale.
En effet, l'histoire de la musique étant profondément liée à celle de l’histoire, ce spectacle sera l'occasion d'illustrer et de compléter les enseignements reçus par ailleurs au cours de l'année scolaire.

Pour ce faire, notre jeune novice utilisera un “Grimoire musical” et, avec sa baguette magique, nous fera découvrir des extraits des opéras les plus connus : La Flûte enchantée, Le Barbier de Séville, les Noces de Figaro, Carmen, les Contes d’Hoffmann… et même la comédie musicale (West Side Story, les Misérables...).
Ils apprendront aussi les différences entre les voix lyriques (ténor, baryton, soprano…) et pourront même chanter avec les artistes.
Le récit sera conté et illustré par une comédienne-danseuse incarnant le personnage de
l’étudiante/Fée Dragée (Casse-Noisette de Tchaikovski).
La mise en scène et les costumes viendront contribuer à la dimension théâtrale de ce projet
pédagogique, tout en permettant aux enfants de se projeter plus aisément d'un opéra à l'autre.

Ecriture et Mise en scène : Justine Verdier et Carlos LLabrès
Interprétation : Alexandra Magin, Claire-Elie Tenet, Carlos LLabrés
Musique et lumières : Justine Verdier et Stéphanie Houssard
Mise en scène : Justine Verdier et Carlos Llabrès
Production : Arts et Music
Contact : 06 07 15 27 86
Email : contact@artsetmusic.fr

Site : http://www.artsetmusic.fr/

TEASER : https://www.youtube.com/watch?v=mSLBdLGGJQk

Télécharger le dossier de presse

Plein Tarif : 22 € – Tarif carte off : 15 € - Enfants et Cies : 10

 

17H45 : La Baby-sitter - René de Obaldia (1H10)

Création festival d'Avignon 2018

Du 6 au 28 juillet 2018 à 17h45,

Supplémentaires : les lundi 16 et 23 à 14h00 et le vendredi 27 à 22h30
Relâche les mardi 10 et 17 juillet et le dimanche 29 juillet

Une oeuvre qui n’a rien perdu de sa pertinence ni
de sa modernité, et où Obaldia use sans retenue de son humour
sans jamais perdre sa plume d’académicien !

Treize ans de vie conjugale. Mais où sont les feux de Bengale ?
Tel est le leitmotiv qu'entonnent ensemble Elvire et Franklin,
les deux époux modernes d'une éternelle comédie.
Lorsque le rideau se lève, ils sont tous deux affalés dans un fauteuil, en proie
à une longue attente. Ils doivent se rendre à un dîner chez des amis, mais demeurent cloués chez eux, sans
pouvoir partir : la baby-sitter sur laquelle ils comptaient pour garder leurs
enfants n'arrive pas.
Lassitude, mauvaise humeur, griefs plus ou moins rentrés se font jour entre eux. Franklin, par ailleurs, souffre du
« complexe de baby-sitter », d'un sentiment de frustration : le fait, dit-il,
à sa femme, que chaque fois que l'une de ces jeunes et ravissantes créatures fait irruption chez lui, il doit aussitôt
quitter les lieux, se mettre à la porte…

Nous surprenons donc ce couple, enfermé dans une sorte de temps mort. Mais la vie qu'ils mènent ensemble depuis plusieurs années n'est-elle pas une longue suite de temps morts ? Où sont la joie, les minutes fécondes des premiers moments de leur union ?
La baby-sitter sonnera enfin à la porte. Ce ne sera pas tout à fait celle qu'ils attendaient …
Et la confrontation d'Elvire et de Franklin avec la nouvelle venue donnera un tour imprévu à leurs
propres relations.

Auteur : René de Obaldia - http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/rene-de-obaldia
Adaptation et interprétation : Tina Guignard, Dorothée Hardy et Patrick Valette
Mise en scène : Violetta Wowczak
Co-Production : Compagnie de l'Escabotée - Le Verbe Fou
Site internet : http://www.lescabotee.com
Contact : Patrick Valette - Tél. : 06 70 93 06 51 - dothyh@yahoo.fr

Télécharger le dossier de presse

22 € Plein Tarif – 15 € Tarif carte off - Cies : 10

19H30 : Alma Mahler, la Grande Veuve - J.C.Humbert (1h10)

Création festival d'Avignon 2018

Du 6 au 29 juillet 2018
Relâche les mercredi 18 et 25 juillet


" ... Non, je ne suis pas antisémite.
Sinon, je n’aurais pas épousé deux Juifs. Et quand j’ai dit au premier, Gustav, Gustav Mahler, d’ailleurs converti au catholicisme pour pouvoir diriger l’opéra de Vienne, quand je lui ai dit, donc, à mon premier mari, que sa musique n’était que celle d’un sale petit Juif, c’est vrai que je n’aurais pas dû, je regrette, j’ai dit ça sous le coup de la colère, je ne le pensais pas réellement, j’aurais dit de la même façon à un autre que sa création n’était que celle d’un sale petit catho intégriste, d’un sale petit protestant sec et borné, d’un sale petit boche nazi, d’un sale petit aristo facho ou d'un pauvre petit connard d’Autrichien dégénéré,
je ne le pensais pas, enfin je ne pense pas que je le pensais, c’est parti tout seul... !

Elle a vécu le déclin de l’empire austro-hongrois, la montée du nazisme et finalement l’exil.
Aux bals, fêtes viennoises et champagne - plus tard ce sera la bénédictine - ont succédé l’errance, la vieillesse et la solitude. Alma, dans son appartement new-yorkais de deux pièces, vieille et alcoolique, glisse doucement vers la folie et la mort, au rythme des souvenirs et des apparitions qui ont jalonné son existence.
Bien qu’elle ait perdu ses amis, ses amants, ses maris et trois de ses enfants, sa vie n’est pas qu’un champ de désolation, elle a été éclairée par d’innombrables et brûlants instants de bonheur. C’est elle qui le dit.

Élue et exclue, admirée et détestée, elle connaît la gloire et le rejet, l’adulation et l’indifférence.
Alma est double, faite de noir et de blanc, des couleurs qui chez elle ne se mélangent pas. Elle assume, elle encaisse, ce n’est pas une âme grise.
Le côté obscur de la forte et intrépide Alma la montre obsédée par le sexe et le souci de paraître, lui fait dire des horreurs sur les Juifs, ne pas savoir qui est le père de ses enfants. Son côté lumineux la présente belle, intelligente, cultivée et spirituelle, épousant deux Juifs et leur permettant à l’un d’eux d'échapper au camp de concentration. On la traite de femme fatale, ogresse, nymphomane, ambitieuse, opportuniste, walkyrie enflée buvant comme un trou. Inversément on en fait une idole, une muse cultivée, une grande dame, on la compare à un sphinx.

La Grande Veuve, comme l'appelait Thomas Mann, a deux amours : la musique et les hommes. Celle-là ne lui apportera pas la reconnaissance qu’elle mérite et elle aimera ceux-ci dans la mesure où elle peut déceler en eux du talent, ou pour le moins une carrière prometteuse. Ses amants seront des compositeurs en vue, des peintres célèbres, ses trois maris un grand compositeur, l’architecte du Bauhaus et un écrivain de renom. Alma est femme de génies.

Auteur : Jean-Claude Humbert
Interprétation : Sophie de Tillesse, mezzo-soprano et Jean-Claude Humbert
Mise en scène : Daniela De La Hoz
Co-Production : Théâtre Hall de Genève - Le Verbe Fou

Télécharger le dossier de presse

 

21H00 : Ludwig, le Roi perché ! - Olivier Schmidt (1h20)

Presse

D'après la vie de Ludwig II de Bavière

Du 6 au 29 juillet 2018
Supplémentaires les vendredi 13, dimanche 15, et les mercredi 25 et samedi 28 juillet 2018 à 22h30
Relâche les mardi 10 et 24 juillet

Pièce de théâtre éditée aux Editions EDILIVRE

Bavière, 1864.
Dans une Allemagne divisée entre traditions et modernisme, Ludwig II accède au pouvoir au grand dam de sa mère.

Ivre de gloire, génie passionné, admirateur des arts, celui que l'on nomma le " roi perché " laissera une empreinte indélébile de son règne. Partagé entre son amour immodéré pour Wagner, sa passion pour sa cousine Elisabeth d'Autriche et ses relations interdites avec de jeunes hommes,
Ludwig se battra pour graver à jamais dans l'Histoire sa grandeur et son avant-gardisme.

De trahisons en mensonges,
d'histoires d'amour en désillusions,
cette fable théâtrale teintée de drame et de folie se propose de redécouvrir la vie de ce roi devenu légendaire.

Un témoignage historique, un hymne à la tolérance et à la liberté.

La presse :

« Les thèmes développés nous concernent et nous touchent au plus près, qu’il s’agisse de l'intégrité de la personne, de liberté, de tolérance et de respect de l’autre pour un être « borderline »  comme l’était Louis II de Bavière  ou  qu'il s'agisse de la quête du bonheur versus les contraintes d’une société avide de formatage, ... Et de la Mort, bien sûr. En un mot : c’est émouvant et  brillant, à tout point de vue!. »
www.artetlettres. Dominique-Hélène Lemaire

Ecriture, Mise en scène, Scénographie et costumes : Olivier Schmidt
Sur une idée originale de : Kévin Maille
Par : Julien Hammer, Rafael Vanister, Charlotte Moineau, Olivier Schmidt ou Justin Ducol et Séverine Wolff
Communication : Kévin Maille et Olivier Schmidt
Production : Ludwig Spectacles - Le Verbe Fou
Site internet : http://www.facebook.com/
Contact :
ludwigspectacle@gmail.com Tel : 07 72 18 90 39


Télécharger le dossier de presse

22 € Plein Tarif – 15 € Tarif carte off - Cies : 10


22H30 : Burn Baby burn - Carine Lacroix (1h10)

Presse


Création Festival 2018

Du 6 au 9 juillet 2018 (et le 10 sous réserve)


Violette débarque dans une station-service abandonnée. Sa mob est en panne. Apparaît Hirip, une squatteuse allumée qui prétend fuir la police après avoir baigné dans la mafia et tué ses parents adoptifs.
Dans ce vestige de modernité, les deux jeunes femmes, étrangères l’une à l’autre, commencent à épancher rêves et désirs qui habitent la profondeur de leur être.
L’arrivée d’un livreur de pizza vient compliquer les choses, Hirip est armée…

La pièce alterne des poèmes mis en musique et des scènes dialoguées. Elle dresse le portrait sensible d’une époque, d’une génération, le contour cru de deux solitudes que la vie urbaine a enfanté, malmené ; les dommages collatéraux d’un monde frénétique où la pensée unique devient norme et la différence anomalie. Hirip et Violette sont le fruit de cette réalité-là, quelque part brisées par un monde qui les rejette, elles maintiennent étouffé en elles leur folie, leur imaginaire, jusqu’à ce qu’ils deviennent trop gros à contenir pour leurs petites humanités : c’est l’explosion de cette fureur dont il s’agit, l’histoire de deux volcans qui jaillissent pour ne pas s’éteindre.

Le collectif Ciel Bleu interprétera une pièce peu connue du grand public. La mise en scène est sobre et onirique, le décor minimaliste. Dessiner des impressions, saisir la beauté d’un langage, donner corps à la tension des deux jeunes filles, c’est aussi peindre la poésie qui les transcende et parler du monde d’aujourd’hui sous un autre regard.

Auteur : Carine Lacroix
Interprétation : Léa Movsessian, Louise Ferry et Sébastien Moulin. Elliott Viennot dans le rôle du conteur
Mise en scène : Adrien Popineau
Dramaturgie et Musique : Elliott Viennot
Scénographie et Lumières : Adrien Popineau
Contact :
06................................. - Email : cielbleucie@gmail.com
Co-Production : Compagnie du Ciel bleu - Le Verbe Fou
Site : http://
Télécharger le dossier de presse

 

20 € Plein Tarif – 14 € Tarif carte off - Cies : 10 €

 

22H30 : Mein Kampf, une farce - George Tabori (1h20)

Presse


Création Festival 2018
Du lundi 16 au samedi 21 juillet 2018

Cette brillante pièce met en exergue l'amour plutôt que la haine dans laquelle il est si facile de tomber et démontre qu'il n'est pas plus difficile "de s'aimer les uns les autres comme je vous aime".

Il ne s'agît donc pas de faire l'apologie de l'idéologie nazie mais de la détruire avec amour et humour. Ici, le jeune Hitler est dépeint comme un clown, un enfant qui est encore dans les jupes de sa mère et à qui l'on doit encore torcher le cul. De cette façon, nous discréditons toute forme d'extrémisme. Un humour parfois grinçant, certes, mais un scénario rempli de poésie.




Cette pièce relate l'expérience vécue par le jeune Adolf Hitler dans un asile de nuit pour sans-abri. Moustachu tel un tartare et colérique tel un enfant gâté, il débarque à Vienne avec son carton à dessin sous le bras. Tout ce qui l'obsède est d'entrer à l'Académie des Beaux-Arts. Mais en attendant, il faut bien se loger...

Et le voilà descendu dans un asile pour clochards dans lequel il va devoir cohabiter avec deux Juifs. C'est dans ce bouge que réside Schlomo Hertzl, colporteur de bibles et de kamasutras.
Le brave Schlomo va prendre Hitler sous son aile protectrice, va se mêler de son éducation et finira même par l'aimer, oui !
Jusqu'à l'arracher des griffes de la mort ! 


Aimer son ennemi ?
Comme soi-même ?
Vous plaisantez !?

Cette pièce pourrait éveiller (ou réveiller) les consciences et mettre en garde tout en apportant au public un moment de franche rigolade. 

Auteur : George Tabori
Interprétation : Kim Langlois, Cyril Warin, Dominique Jacques, Guillaume Martin et Benoît Servotte
Mise en scène : Magali De Leeuw et Luca Ruffini
Dramaturgie et Musique : ...
Scénographie et Lumières : ...
Contact :
0032 477 94 08 46 - Email : servottebenoit@gmail.com
Co-Production : Une farce compagnie - Le Verbe Fou
Site : http://www.facebook.com/unefarce


Télécharger le dossier de presse

 

22 € Plein Tarif – 15 € Tarif carte off - Cies : 10 €

 

 

***** DATES EXCEPTIONNELLES : *****

 

12H20 : Les Confessions de St Augustin - (1h15)

Les mercredi 11, 18 et 25 juillet 2018

 

"Les Confessions de St Augustin,
un monument en 3 parties",
un spectacle présent depuis 10 ans au festival off d'Avignon,
où le comédien et la metteuse en scène ont fait un merveilleux travail pour rendre un texte du 4ème siècle intelligible de nos jours.

Première auto-biographie de l'histoire du monde, la doctrine d’Augustin s’y appuie sur la foi en Dieu mais ne combat pas la raison.
Elle est une méditation de l’intelligence sur la création, le bien et la vertu.

Les livres de saint Augustin sont de nos jours autant lus par les esprits religieux que par les philosophes laïcs.





Chaque partie est un spectacle, à part entière, visible indépendamment des autres.
Les années de Jeunesse- Livre I à IV : enfance à 28 ans - MERCREDI 11 JUILLET                                   
Les années de Maturité - Livre V à IX : 29 ans à la mort de Sainte Monique - MERCREDI 18 JUILLET
Les années de Sagesse - Livre X à XIII : sens mystique de la création - MERCREDI 25 JUILLET  


Interprétation : Francescu Raffaelli
Mise en scène : Marick Frigere
Co-Production : Production du Partage - Le Verbe Fou
Contact : 06 20 56 16 11
E.mail : productiondupartage@gmail.com
Site : http://www.theatredupartage.com


20 € Plein Tarif – 14 € Tarif carte off - Compagnies : 10

17H45 : Les moulins à Paroles - Alan Bennett(1h10)

Presse

Les mardi 10 et 17 juillet 2018

Le livre " Moulins à paroles " d'Alain Benett est un petit bijou d'écritures oscillant entre la comédie  et la tragédie.


Trois monologues racontent la tranche de vie extraordinaire de trois femmes ordinaires.
L’une, femme de pasteur est alcoolique et adultère, la seconde passionnée par son voisinage et la rédaction de lettres a la plume des plus acérées et la troisième est une actrice généreuse qui ... en effet, se donne.
Drôles, touchantes, douces amères et terribles à la fois... nous les découvrons dans 3 magnifiques monologues issus du Moulin à Paroles/Talking Heads d’Alan Bennet, "Un lit parmi les lentilles,
Une femme de lettres et La chance de sa vie " tirés de Moulins à Paroles.

Entre le rire des petits faits vrais qu'on se risque à raconter et les larmes des tragédies qu'on parvient à peine à couvrir…, on apprend vite ici que
" la vie, c'est généralement quelque chose qui se passe ailleurs ."
Alan Bennett.

Auteur : Alan Bennett - (Talking heads, traduit chez Actes Sud) 
Interprétation : Ariane Thymour Smith
Mise en scène : Carole Baillien

Télécharger le dossier de presse

18 € Plein Tarif – 12 € Tarif carte off - Compagnies : 10

Nos partenaires
footer
droite